20 OCTOBRE 2017

Agenda

« La Quête »

Aidez-moi dans mon projet en témoignant (anonymement) ici.

Fictionalité

Lire le dernier numéro : Numéro 2 - 8 février 2017

Derniers articles publiés

Musique du moment

NEWSLETTER

Rechercher

NaNoWriMo 2017 J-10 – Générateur d’histoire

20 oct. 2017

Il y a quelques jours, j’ai relayé sur les réseaux sociaux cet article publié l’année dernière : NANOWRIMO 2016 / J-15 : TROUVER L'INSPIRATION
Je vous avais même mis un edit en fin d'article pour vous parler d’adoption d’histoire (adopt a plot), ces petits bouts d’idées qu’ont des auteurices, mais qui, faute de temps ou d’envie, ne peuvent pas voir le jour avec elleux. Iels vous les proposent alors sur le forum (peut-être ailleurs, mais restons dans la grande maison du NaNo) et à vous de voir si l’une d’elles vous plaît. Mais j’ai complètement oublié de vous parler des générateurs d’histoire. Et j’en ai un PAR-FAIT pour vous.

PLOT GENERATOR, votre gars sûr

Ce site, malheureusement exclusivement en anglais (mais avec la fonction traduction de votre navigateur, y a moyen de comprendre), est la botte secrète à avoir quand la panne d’inspiration se fait sentir. Il est si riche qu’il va me falloir vous mettre les images en miniatures.

Générateur de tout
Vous pouvez générer un plot (intrigue) de différents formats d’histoire, qu’elle soit courte, un mème ou carrément un drabble (drabble en français, explication ici) ; partir dans des trucs plus longs avec du scénario ou du roman ; ou tout simplement avec un générateur d'idées.
Ce n’est pas tout. Vous pouvez également faire ça par genre littéraire, à savoir freestyle, romance (avec option fantastique ici), fantasy, policier ou thriller, horreur, science-fiction et dystopie, vampire, etc.
Et comme il en a encore sous la pédale, vous pouvez trouver d’autres générateurs liés à celui-ci, comme celui des noms, paroles de chansons, poésie ou lettre.


(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)




Fonctionnement

Ne paniquez pas devant la quantité astronomique d’informations à entrer, vous pouvez demander d’y aller au hasard en cliquant « Fill entire form with random ideas » (vas-y, t'as carte blanche chéri-e).


  • Pour le générateur de noms, qui est techniquement sur un autre site, vous aurez la possibilité de choisir avant quel genre de noms vous chercher. De personnage, d’auteurice, de groupe de musique, d’enfant, de fantasy, de rappeur-euse, etc. Je vous ai dit qu’il y avait du choix ou pas ?
    Une fois le genre (littéraire) choisi, ici pour l’exemple « fantasy », plein d’options s’offrent à vous. Encore une fois, le mode random est disponible si vous n’avez aucune idée de ce que vous cherchez. Cliquez sur le bouton « Write me some... » et vous voilà avec quelques propositions.
    Pour relancer un tirage, il vous faudra revenir sur le formulaire en cliquant « revenir en arrière » de votre navigateur.


(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)




  • Pour le générateur d’histoire, pour l’exemple ici avec le thème « mystery », même chanson : Himalaya d’informations.
    Si vous décidez de faire confiance au site avec le mode random, je vous conseille fortement de noter tout ce qu’il aura rempli. Ces informations pourraient vous être utiles à l’écriture si jamais le résumé proposé au final vous plaît.
    Une fois le bouton « Write me a... » cliqué, vous voici avec le résumé style quatrième de couverture beaucoup trop détaillé pour en être un mais ne pinaillons pas. Vous pourrez également avoir de fausses critiques littéraires pour vous encourager. 


(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)





Si avec ça, vous n'avez pas d'idées pour écrire pendant le NaNoWriMo, je ne peux vraiment plus rien pour vous !
Les commentaires

Inktober – Pourquoi y participer ?

14 sept. 2017

L’Inktober est un mois créatif qui se déroule au moins d’octobre. Il est question, durant les 31 jours du mois, de dessiner à un rythme régulier et d’encrer ses dessins à l’encre (bien joué Sherlock), quelle qu’elle soit.
L’initiative a été lancée par Jake Parker il y a quelques années et est aujourd’hui un rendez-vous attendu aux quatre coins du monde. Beaucoup de participant-e-s, chacun-e-s avec leur-s technique-s, leur-s thème-s, leur-s handicaps.
Maintenant, comme pour tout challenge artistique, sportif, ou autre, on peut se poser la question de la légitimité d’y participer. Et aujourd’hui, je vais vous dire pourquoi vous devriez jouer le jeu avec nous.

Si vous aimez dessiner, venez. Même griffonner, venez. À partir du moment où c’est un plaisir d’avoir un crayon ou un stylet dans la main, ou ailleurs (n’ayez pas l’esprit mal placé, j’en parle après), et de faire avec toute sorte de dessin ou de forme, venez.
Chaque année, on peut voir tout un tas de chefs-d’œuvre et je comprends que ça refroidisse d’y participer. Moi-même, ça m’a freiné dans le passé et ça continue de me coller le trac. Pourtant, j’y vais.
L’année dernière, j’avais raté mon essai d’Inktober autour des formules grossières, pour raison d’angoisses. Cette année, j’ai décidé de briser les genoux de ma peur et de reprendre le dessin. Réapprendre*.
Parce que c’est aussi ça le Inktober. Vous allez réapprendre certaines choses avec l’« obligation » de régularité. Vous n’avez pas le temps tout le reste de l’année de vous adonner à votre passe-temps ? C’est le moment. Comme pour le NaNoWriMo, comme pour les autres marathons créatifs et autres, c’est le moment. Et si vous cherchez de la motivation, avec le groupe que forment les participant-e-s, croyez bien que vous en aurez. Alors venez.
Quel que soit votre style de dessin, même du zentangle, venez. Il y a une liste « officielle » si vous souhaitez suivre les thèmes de la plupart des participant-e-s. Moi j’y vais avec ma propre liste, rebelle un jour, rebelle toujours. Du moment que vous dessinez quelque chose et que vous « l’encrez », venez.


*Autant vous dire que ça va piquer, mais pas folle la guêpe, j’ai commencé à m’entraîner, histoire de ne pas arriver avec des têtes à Toto.


Qu’est-ce qu’encrer ?

C’est là toute la raison de cet article.
Chaque année revient l’éternel débat du dessin dit traditionnel (papier-crayon) versus le dessin dit digital (tablette). Qu’importe l’événement et l’art débattus, vous aurez toujours plusieurs camps pour se mettre sur le nez. L’initiateur de l’Inktober semble être (malheureusement ?) membre de l’équipe dessin traditionnel.
Ceci est une traduction à la louche du tweet-réponse à la question « puis-je faire du dessin digital pour l’inktober ? »
« L’esprit du Inktober est de s’améliorer et il n’y a pas de meilleure méthode que de le faire sans filet. Travailler en digital sous-entend souvent la possibilité d’utiliser la touche « annuler » pour refaire votre trait correctement, qui peut entraîner de mauvaises habitudes de dessin. Il n’y a rien de comparable à tracer une ligne de façon permanente et difficilement modifiable sans conséquence. C’est comme ça, je pense, que l’on apprend et devient meilleur, car chaque ligne dessinée vous demande de la réfléchir avant de la faire. Personne ne vous empêchera de participer à l’Inktober avec votre tablette, mais vous allez rater tout l’enjeu de l’événement. »

Et ceci est ce que j’appelle, pardonnez-moi le terme que je vais employer, un discours de « vieux con ». C’est élitiste. C'est validiste.

  • Première chose : la touche annuler et la « mauvaise habitude » d’effacer

En dessin digital, et en informatique en général, vous pouvez ne pas utiliser la touche annuler.
Je vais prendre comme exemple le NaNoWriMo, il parlera à tout le monde. Imaginez qu’au NaNo, on vous dise qu’il est préférable d’utiliser du papier et du crayon car cela vous apprendra à ne plus effacer et/ou annuler ce que vous venez d’écrire ? Un peu simple comme raisonnement, hein ?
L’un des conseils que je donne, et que l’on m’a donné avant, au NaNo est le suivant : apprenez à utiliser le raccourci clavier qui raye les mots sélectionnés. Apprenez à avoir un fichier brouillon et pourquoi pas un fichier rejet. Gardez tout ce que vous écrivez, même si ce n’est pas bon. Oui, c’est avec les erreurs que l’on apprend, c’est aussi en réfléchissant avant de faire. Il n’y a pas vraiment de méthode qui soit bonne pour tout le monde. La seule méthode bonne pour tout le monde est de faire.
Effacer un dessin peut aussi avoir de bons effets sur la personne qui dessine. Vous vous autorisez plus facilement à rater. À gommer plutôt que froisser ou déchirer votre feuille. À persévérer plutôt que jeter à la poubelle. Peut-être ne connaissez-vous pas ce stress, mais il existe pour certain-e-s de vraies angoisses quant à l'idée d'échec. Vous ne pouvez pas venir avec vos petites phrases pour les faire rentrer dans votre moule. Laissez-leur la possibilité de faire les choix qui les mettent plus à l'aise.
Si vous dessinez à la tablette, et que ce n’est pas déjà votre cas : votre trait de brouillon dans une couleur spécifique. L’outil gomme plutôt que la touche annuler. « Encrez » votre dessin final en noir, avec l’outil de votre choix. Bref, comme sur papier, mais sans le papier et les pelures de gomme.

  • Deuxième chose : apprendre à dessiner

Il n’y a pas de bonne méthode pour apprendre à dessiner qui soit bonne pour tout le monde, à part comme dit plus tôt, celle de dessiner. Nous sommes peut-être la dernière génération à avoir connu le papier comme medium principal, c’est normal que nous y soyons attaché-e-s. Sauf que voilà, la réalité est que nous sommes équipé-e-s de nouvelles technologies et une majorité d’entre nous seront plus facilement sur ces supports que sur du papier.
Comme pour le NaNo : le fait que l’on ait appris à écrire sur papier ne nous rend pas meilleur-e-s que celleux sur ordinateur. On apprend la grammaire différemment. Nous n’avons pas les mêmes avantages et inconvénients, mais une méthode n’est toujours pas meilleure qu’une autre. Du moment que vous écrivez, c’est du tout bon. Ici, pareil : du moment que vous dessinez, il n’y a pas de problème.
J’ai déjà tenu ce discours de vieux con. « On apprend mieux en se voyant écrire les mots », « Je réfléchis avant d’écrire », « il n’y a rien de mieux que le papier », etc. Ceci n’est pas une vérité absolue, c’est ce qui fonctionne chez moi. J’ai tout bonnement appris à adapter la méthode selon le support. Et j’essaye de ne plus tenir ce genre de discours parce qu’être vieux con à 26 ans, ça me met un peu mal.
Le traditionnel pour nous est peut-être le papier, il ne l’est plus vraiment pour la nouvelle génération. Les traditions changent avec le temps. Cela vaut pour tout. Les journaux papiers sont remplacés par des sites internets. Le livre papier peut être numérique. Un film n’est plus sur bobine. L’animation n’est plus faite avec mille calques. Vous aimez ces « anciens » supports ? Cool. Faites. Mais votre amour pour cette méthode n’en fait pas une méthode bonne pour tou-te-s.

  • Troisième et dernière chose, et la plus importante à mes yeux : l’accessibilité

Comme il a été mentionné dans plusieurs tweets en réponses, l’art digital permet à nombre de personnes en situation de handicaps de participer. Par handicap, on peut entendre tout un tas de choses : d’un bras en moins, des soucis de tendinites, une maladie, des problèmes de vue, etc.
Sans parler de toutes les personnes plus à l’aise sur un medium qu’un autre. Il n’est pas simple pour tout le monde de pouvoir tenir un crayon dans une main, ou autrement quand on n’en a pas, et de dessiner proprement sur papier.
Je me doute bien que Jake Parker ne pensait pas à mal en parlant de dessin « traditionnel », mais je ne peux plus entendre la mention « exception faite à » pour défendre ce genre de discours. Il n’est pas tolérable de mettre à part des participant-e-s parce qu’elles n’entrent pas dans « nos » critères de validité. L’élitisme est aussi dans le validisme. Vous faites un événement accessible à tou-te-s sans mille règles d’exceptions ou vous ne faites pas.
L’Inktober est simple : vous faites un dessin et vous l’encrez, et vous faites ça à un rythme régulier durant le mois. L’encre peut être digitale et le papier un fichier JPG, bienvenue au 21è siècle. Ça peut même être un mur ou une toile. Du moment que vous dessinez et que vous encrez, vous respectez les règles principales de l’Inktober. Accessible à tou-te-s. Fou, n’est-ce pas ?

Une méthode vous va mieux qu’une autre ? Faites. Mais n’en faites pas une règle générale, pas un « c’est mieux pour vous ». C’est bien pour vous personnellement, pas pour tout le monde.
Maintenant, le marathon appartient à tou-te-s ces participant-e-s. Venez comme vous êtes, collez-vous les contraintes que vous souhaitez, relevez vos défis personnels. Mais venez. Ne laissez personne vous empêcher de venir. Et si vous ne souhaitez pas respecter les règles, c’est votre problème. On ne vous enverra pas la police à votre porte.

Moi j’y vais au crayon et à l’aquarelle. J’y vais avec ma peur au ventre et la possibilité de ne pas arriver à la ligne d’arrivée. J’y vais avec mes « triches » parce que j’ai une connexion vue-cerveau un peu pétée. J’y vais avec mon thème. Mais j’y vais.
Les commentaires

En juin, fais.

1 juin 2017

Ou ne le fais pas, mais il n'y a pas d'essai.

Ne croyez pas que ce titre trahisse mon inculture des dictons français. Enfin, si, un peu, il m’a fallu faire une recherche pour trouver celui qui donnerait le ton de cet article. Et il se trouve que la récolte fut bonne puisqu’il n’y en a pas un, mais trois. Alors allons-y Alonso !

C'est le mois de juin qui fait le pain.
Avec un mois d’avril en demi-teinte et un mois de mai complètement bloqué par la vie, j’ai grand besoin de remettre le pied à l’étrier, ou plutôt la plume à la main. Avec ma FantasTic Lia 404 - que j’entraîne toujours dans mes défis créatifs - nous allons nous faire ce mois-ci un échauffement pré-Camp NaNo, à la ID2mars. L’idée : avoir un petit objectif quotidien et le tenir. Objectif variable selon le projet et l’art pratiqué, oeuf corse.
De mon côté, on part sur l’écriture de 500 mots par jour, que ce soit des brouillons de texte ou des articles de blogs. Blogs, au pluriel, oui, j’y viens.
Si vous souhaitez suivre notre progression, ou nous rejoindre, nous avons mis en place un petit hashtag des familles : #CreativeJune 

Celui qui plante un jardin, plante le bonheur.
Blogs au pluriel donc.
Avec Un neurone à la fois, j’avais des idées précises en tête. Ces idées ont fini par laisser leur place pour d’autres, qui n’entrent pas toutes dans ma ligne édito.
Ce blog, même si on peut avoir des doutes avec un nom pareil, se veut un minimum professionnel. Et je tiens à le garder ainsi. Rien ne change : il y aura toujours des articles pour vous parler d’événements ou d’outils, vous filer deux-trois conseils (pas tous bons à prendre), et bien évidemment mes productions.
Pour ce qui n’a pas sa place ici, cela se fera sur Tumblr. Avant de vous partager l’adresse, sachez qu’il s’agit d’un blog beaucoup plus personnel, dans le but de partager des mots trop longs ou trop privés pour être partagés sur Twitter. Des tranches de vie, parfois intimes. Des pensées, des analyses, des photos, des bouts d’idées, des choses sans importance. Un lâcher d’idées en internet sauvage pour libérer de l’espace mémoire dans mon cerveau. Si cela vous intéresse, voici l’adresse : http://fromjimmie.tumblr.com/

De juin vent du soir, pour le grain est de bon espoir.
Beaucoup de belles choses sont en préparation. Fictionalité est toujours au stade d’écriture, mais ça ne devrait plus tarder à revenir. Je vais reprendre sérieusement l’écriture de La Quête, et si tout se passe bien, je pourrais vous partager l’introduction prochainement. Et un retour aux premiers amours, les histoires courtes SFFF. Je n’en dis pas plus, mais là aussi, si tout se goupille bien, vous devriez en avoir rapidement un bout.
Que le vent* du soir souffle fort, pour que tous ces projets se concrétisent vite et bien. 

Et avant de partir, j’en profite pour vous partager cette musique de Sigrid histoire de faire mes 500 mots du jour, oui

Prenez soin de vous.



(*Est-ce que le ventilateur compte ou pas ? C’est pour un-e ami-e.)
Les commentaires

Writeometer - Le parfait compagnon d’écriture

28 mars 2017

Si vous avez suivi mes aventures de NaNoWriMo, vous savez alors que j’ai une véritable passion pour suivre ma progression (quand il y en a une) d’écriture. Jusqu’ici, j’utilisais un tableau avec des objectifs, des couleurs, des pourcentages, etc. Sauf que, ne nous mentons pas, c’est long à faire et chiant à tenir.
Cette année, j’ai donc décidé de confier cette tâche à une application du nom de Writeometer.

Je l’ai croisée un soir, au hasard, dans les propositions du Play Store. J’ai fini par l’installer en me disant « why not », « on verra bien ce que ça donne ».
Et là, le Graal.


Les commentaires

Camp NaNoWriMo 2017 - Planifier ses journées

27 mars 2017

Que ce soit en période de NaNoWriMo ou tout simplement pendant l’écriture de roman, il m’arrive très souvent d’être débordé par les événements et ne plus savoir ce que je dois faire. Dois-je commencer par écrire tel chapitre ? Continuer tel autre ? Est-ce que je brouillonne ou est-ce que je corrige ?
La seule manière pour ne pas perdre bêtement du temps avec ces questions, c’est de planifier ce qui va être écrit.

En période de NaNo, j’utilise des fiches comme celles-ci.

Les commentaires