15 NOVEMBRE 2017

Agenda

NaNoWriMo

jimmiesc's NaNoWriMon

NaNoParenthèse

Musique du moment

NEWSLETTER

Rechercher

Ctrl+N : blog

13 août 2016



Tout a commencé avec cet article de Neil Jomunsi.
Mes plus proches ami.e.s, celleux qui me connaissent depuis des lustres, diront « tiens, Jimmie a encore changé de blog. »
Parce que ma vie sur Internet se résume à ça : changer de blog. Déménager d’une plateforme à une autre. Passer d’une idée à une autre. Essayer un concept pour finalement l’abandonner et en commencer un nouveau.

Avant Tumblr, j’avais un blog plus pro. J’y postais tous mes travaux « sérieux », que ce soit le dessin, la photo ou l’écriture. Mais j’ai fini par le délaisser lui-aussi, pour Tumblr, qui convenait mieux à ma personnalité. 
Celle qui n’assume pas trop de se dire artiste. Celle qui n’ose pas montrer ce qu’elle fait. Celle qui a peur de tester des trucs. Celle qui a peur de ne pas être légitime. 
Celle qui, finalement, a peur d’être considérée pour ce qu’elle est.
Je pensais Tumblr être la solution parfaite pour contrer ça. Je pouvais y parler de ce que je faisais sur un ton plus léger. Je pouvais blaguer de mes nuits d’écriture entre deux gifs. Je pouvais parler des choses qui m’inspiraient sans avoir à me préoccuper de la vitrine. 
Mais non, ça ne fonctionnait pas. 
J’ai bien essayé de casser ce syndrome de l’imposteur avec YouTube. Ca a presque réussi, j’ai pu y essayer un concept que je voulais faire depuis longtemps : la lecture en stéréo
Mais encore une fois, ce n’était pas la solution.

L’article de Neil m’a finalement apporté la réponse à ces échecs.

Je ne pensais pas correctement à l’utilité d’un blog. Tout comme je ne pensais pas correctement à mon activité sur YouTube et à mes projets artistiques.
Pourquoi le blog pro n’avait pas fonctionné ? Parce que je me mettais trop de pression. Je voulais être le plus professionnel possible. Il n’était et ne devait être qu’une vitrine pour ce que je faisais et il n’était pas question de parler d’autre chose. Des coulisses. Des humeurs. Des ratés.

Pourquoi Tumblr n’a pas fonctionné ? Parce que ce n’est pas la plateforme idéale pour les auteur.e.s. Il ne faut pas se leurrer, on y passe des heures essentiellement pour les images, pas pour les longs pavés. Mais reconnaissons-lui une chose : j’ai appris grâce à lui à assumer mon statut de créateur.

Pourquoi YouTube n’a pas fonctionné ? Parce que je ne suis pas un orateur. 
En réalité, il a fonctionné beaucoup plus qu'il n'y paraît. Notamment sur l'envie de tester des trucs et ne pas avoir peur de le faire. Retrouver l'essentiel : l'envie de créer.

Alors pourquoi diable vouloir faire vivre Un neurone à la fois. avec un nouveau format ? Parce que je crois avoir trouver la (une ?) solution à tous les problèmes rencontrés jusqu’ici.

Sur ce blog, je vais pouvoir :
• Parler de mon activité professionnelle. Te montrer le résultat, en faire la promotion et te partager les coulisses. Il y a même un gadget spécial dans la colonne de droite pour te dire sur quoi je travaille en ce moment, à quel point ça avance (ou non), et s'il y a des événements importants à venir. Et dans le menu en haut, tu trouveras une partie nommée travaux où tu pourras retrouver les différentes choses que j'ai faites. 
• Parler de l’activité d’auteur.e (et de créateur), qu’elle soit juste du dimanche ou professionnelle. Donner des astuces, tester des logiciels, démonter des clichés, ou tout simplement partager une tranche de vie.
• Parler des métiers du livre. Parce qu’il y a beaucoup de gens derrière un livre. Il n’y a pas que l’auteur et l’éditeur, il y a aussi tous ces gens qui s’occupent de la correction, de la mise en page, de l’impression, de la traduction, de la promotion, de la mise en image, etc. Mais aussi parler des petites maisons d’édition, des librairies spécialisées, des collectifs, des événements, etc.
• Parler de la création d’histoires en général. Les auteurs n’écrivent pas que pour le papier ou la liseuse, vous ne les vivez pas qu'à travers ce support. On parlera sûrement d’adaptations, de séries ou films, mais aussi de musiques et de jeux vidéo. Toutes ces choses qui nous invitent à vivre une histoire, finalement.
• Mais surtout, la chose la plus importante à mes yeux pour clôturer cette liste : je veux qu’on puisse en parler ensemble. Je réfléchis encore au format, mais je voudrais vraiment qu’on puisse échanger autour de l’art de créer une histoire et l’expérience de la vivre. 

Voilà.
Un neurone à la fois. continue ici.

Les commentaires

Ici, les commentaires sont modérés.