22 mars 2017

Entre ce que je pense,
Ce que je veux dire,
Ce que je crois dire,
Ce que je dis,
Ce que vous voulez entendre,
Ce que vous entendez,
Ce que vous croyez comprendre,
Ce que vous voulez comprendre,
Et ce que vous comprenez,
Il y a au moins dix possibilités (...) de ne pas se comprendre.
Mais, essayons quand même.

— Bernard Werber

Agenda

« La Quête »

Aidez-moi dans mon projet en témoignant (anonymement) ici.

Fictionalité

Lire le dernier numéro : Numéro 2 - 8 février 2017

Derniers articles publiés

Musique du moment

NEWSLETTER

Rechercher

NaNoWriMo 2016 / J-5 : comment éviter l'échec ?

26 oct. 2016

Ce titre attire peut-être le clic, mais il n'en est pas moins sérieux.

50 000 mots en un mois, c'est un sacré challenge. Et si vous n'avez pas l'habitude d'écrire autant, il est possible que votre cerveau vous affiche déjà en rouge le mot échec.

J'ai échoué plusieurs fois au NaNoWriMo (et ses camps), vous avez donc le droit d'être sceptique face à cet article. Mais comme le dit l'adage : fais ce que je dis, pas ce que je fais.

Voici une petite liste de trucs et astuces pour dégommer le compteur.

Savoir ce que l'on va écrire avant de l'écrire
J'ai publié cet article il y a quelques jours et il est peut-être bon de le (re)lire.
Certains blocages peuvent venir du fait que vous ne savez pas quoi écrire. Vous n'avez peut-être pas l'inspiration, mais vous n'avez peut-être pas aussi assez brainstormé et planifié votre histoire. C'est le moment de s'y mettre.
Et si vous pensez que c'est une perte de temps, pensez à ces nombreux moments où vous soufflez inutilement devant votre page blanche. Les mots n'en sortent pas plus vite.

Compter réellement les mots
Cette partie va plus parler aux auteur.ices sur ordinateur que sur papier.

Avez-vous remarqué comment vous écrivez ? Vous êtes devant votre écran, vous réfléchissez aux mots que vous allez taper sur votre clavier. Vous utilisez frénétiquement la touche effacer car ce n'était pas le bon mot ou la bonne tournure.

Cessez tout de suite.

Au NaNoWriMo, ce n'est pas la qualité qui compte, c'est la quantité. On vous demande d'écrire 50 000 mots, pas d'écrire un chef-d'oeuvre déjà corrigé.
Apprenez à taper les mots que vous pensez et à barrer au lieu d'effacer les mots que vous ne voulez plus. Oui, comme vous le feriez sur papier.

Vous avez onze mois pour corriger votre roman, ne gaspillez pas celui du NaNo pour le faire.

Motivé ! Motivé !

Le creux de la vague est là. Vous n'arrivez plus à écrire, vous n'en avez plus l'envie, vous galérez à aligner les mots.


  • Reposez-vous. Détendez-vous, dormez, mangez. Vous n'arriverez jamais à la lignée d'arrivée si vous oubliez de prendre soin de vous. Sortez, allez marcher, appelez un.e ami.e, regardez un film. Reposez votre cerveau et reprenez plus tard.
  • Rappelez-vous que vous n'êtes pas seul.e. Sur le forum, vous trouverez des défis. De mémoire, il y en avait un sur la base du « si tu as ci ou ça, écris tant de mots ». Si vous avez plusieurs propositions, vous vous retrouvez avec beaucoup de mots à écrire. Mais comme vous êtes avec d'autres participant.e.s, vous allez en rire et les faire.
  • Participez aux sprints et word wars. Vous pouvez en trouver à plusieurs endroits et à commencer par le site du NaNoWriMo, sur le forum ou sur le compte Twitter, par exemple. Pour ce dernier, il est animé par plusieurs participant.e.s dans différents pays (pour les fuseaux horaires) et il y a en a plusieurs par heure.
  • Faites des prompts. Non, pas des pompes, des prompts. Ce sont ces petites idées qui vous permettent de relancer la machine ou de corser votre histoire. Si jamais vous aviez perdu l'inspiration, c'est le moment d'en chercher. Là aussi, vous devriez en trouver un paquet liés au NaNo.


Est-ce qu'on appelle ça tricher ?
Là, vraiment, même avec toute la bonne intention du monde, vous n'arrivez plus à grappiller des mots.
C'est le moment de la jouer presque sale et de presque tricher.

  • Si votre personnage n'a pas de nom ou un trop court, vous pouvez le rallonger avec un surnom ou une description. Par exemple : Sherlock, vous pouvez l'écrire « cet-homme-sociopathe-insupportable-qui-se-drogue-et-prend-tout-le-monde-de-haut ». Bim, quatorze mots.
  • Faites un second jet. C'est ridicule dit comme ça, mais la réécriture résout bien des problèmes, dont celui du manque de mot. Séparez votre document en deux. La première partie sera pour le premier jet, la seconde pour la réécriture. Imprimez le passage que vous souhaitez et lancez-vous. Si vous vous sentez coupable car certaines phrases n'ont pas eu besoin d'être réécrites, ne les comptez pas.


L'échec, c'est un état d'esprit
Vous savez, ce n'est pas si grave d'échouer. Je ne dis pas ça parce ce que ça m'arrive souvent, je le dis parce que j'ai appris à voir les choses différemment.
Le verre à moitié plein au lieu d'à moitié vide.
Imaginez ça comme un voyage. Vous n'arriverez peut-être pas aux 50 000 en temps et en heure, mais est-ce bien grave ? Est-ce que ne pas être arrivé.e veut dire que tout le trajet que vous avez déjà fait ne compte pas ?
Regardez ce que vous avez déjà réussi à faire et continuez.

Les commentaires

Ici, les commentaires sont modérés.