22 mars 2017

Entre ce que je pense,
Ce que je veux dire,
Ce que je crois dire,
Ce que je dis,
Ce que vous voulez entendre,
Ce que vous entendez,
Ce que vous croyez comprendre,
Ce que vous voulez comprendre,
Et ce que vous comprenez,
Il y a au moins dix possibilités (...) de ne pas se comprendre.
Mais, essayons quand même.

— Bernard Werber

Agenda

« La Quête »

Aidez-moi dans mon projet en témoignant (anonymement) ici.

Fictionalité

Lire le dernier numéro : Numéro 2 - 8 février 2017

Derniers articles publiés

Musique du moment

NEWSLETTER

Rechercher

NaNoWriMo 2016 - Bilan de la première semaine

7 nov. 2016

Cela fait donc une semaine que le NaNoWriMo a commencé. Plus précisément six jours, mais je préfère faire des bilans en fin de semaine qu'en début.

  • Alors, que s'est-il passé ?

Pour les personnes qui ne me suivent pas sur les réseaux sociaux, voici un résumé.

Les deux premiers jours ont été une terrible lutte pour obtenir des mots. Tous mes plans ont capoté, une grande source de stress pour un planner control freak comme moi. Ayant déjà ça à gérer, j'ai préféré abandonner mon défi personnel qui était d'écrire au moins 5000 mots par jour. Ce n'est pas un problème pour en faire autant d'habitude, mais d'habitude, mes personnages obéissent au plan et jouent pas au chamboule-tout avec. 
J'aurais quand même obtenu grosso merdo 4500 mots de ces deux jours à suer, mais qui ont plutôt fini dans la partie rejet que gardée.

Puis le déclic. Je me suis rendu compte à ce moment-là qu'écrire sur l'ordinateur était plus une source d'angoisse qu'autre chose. Je ne sais pas encore ce qui a provoqué ce blocage en moi, mais qu'importe, j'ai trouvé une bonne solution : écrire à la main. J'entends par là faire ça à l'ancienne, avec un stylo et du papier. Il y a quelque chose de libérateur avec cette méthode. Voir les ratures ? Penser bien plus les phrases avant de les écrire ? Voir les pages ? Le bruit et la sensation de la pointe du stylo sur le papier ? Le fait de ne plus être devant un écran ? Un isolement que je ne pouvais pas avoir avant ?
En tout cas, ça fonctionne à merveille. Je tape au propre le soir ce que j'ai écrit dans la journée et je valide mon wordcount sur le site du NaNo. 

J'ai fini par atteindre très fièrement le palier des 10 000 mots en quatre jours et, ce soir, presque celui des 15 000 en six jours.



  • Côté histoire, on en est où ?

Projet 1 a donc été victime d'une rébellion de la part de ses personnages. Le plan bouge sans cesse et même pendant l'écriture, je sens que je peux prendre plusieurs chemins. Ce qui est peut-être une bonne chose pour certain.e.s, mais qui en est clairement une mauvaise pour moi. Je me retrouve ralenti par mon histoire, stressé, fatigué, dans la lutte constante pour écrire. J'essaye de me concentrer sur l'avancement du projet avant la perfection, mais c'est beaucoup plus difficile avec un plan qui n'est pas fiable.

A côté de ça, Projet 2 est pensé, ça y est. Il peut même se retrouver avec une histoire en trois actes, ce qui devient, si je le fais naître, l'un de mes projets les plus conséquents. 

Pour le moment, je me concentre sur Projet 1, mais Projet 2 est bien dans les tuyaux.

  • Et maintenant ?

Maintenant, on attaque la deuxième semaine du NaNo. Celle où il faut pas me relâcher et garder mon avance sur le wordcount total. 
Cette semaine, j'essaye d'avoir une meilleure tactique : écrire chaque jour une scène ou un sous-chapitre et me tenir au maximum à ce rythme. Quand un chapitre est entièrement terminé, je le corrige pour savoir où est-ce qu'on va ensuite, rapport au plan et aux personnages farceurs.
Si l'inspiration fait un caprice, je peux peaufiner ce qui a déjà été écrit et bosser sur Projet 2.


(Cliquer sur l'image pour voir en taille réelle)

  • Du son.

Ces albums m'ont accompagné cette semaine et ont été d'une précieuse aide.



Les commentaires

Ici, les commentaires sont modérés.