22 mars 2017

Entre ce que je pense,
Ce que je veux dire,
Ce que je crois dire,
Ce que je dis,
Ce que vous voulez entendre,
Ce que vous entendez,
Ce que vous croyez comprendre,
Ce que vous voulez comprendre,
Et ce que vous comprenez,
Il y a au moins dix possibilités (...) de ne pas se comprendre.
Mais, essayons quand même.

— Bernard Werber

Agenda

« La Quête »

Aidez-moi dans mon projet en témoignant (anonymement) ici.

Fictionalité

Lire le dernier numéro : Numéro 2 - 8 février 2017

Derniers articles publiés

Musique du moment

NEWSLETTER

Rechercher

Fictionalité N°1

1 févr. 2017

Prendre du plaisir à écrire et produire (et publier) des textes, voici deux de mes résolutions pour 2017. Pour cela, je sais que je n'ai pas mille solutions à porter de plume, il y en a même qu'une seule : écrire du format court.
Retrouver la liberté de changer de style et de genre du jour au lendemain. Ne pas être en cohabitation avec des personnages trop longtemps. Et puis, pas des moindres, la possibilité de faire plusieurs projets à la fois sans imploser mentalement.

Pour commencer 2017, il me fallait donc trouver un projet où je pourrais écrire des courts textes, avec un fil conducteur, tout en étant inspiré.

Et la meilleure source d'inspiration pour cela est bien l'actualité.


C'est donc comme ça qu'est vraiment né le projet de Fictionalité. Rien à voir avec de la philosophie, il s'agit en réalité de la contraction des mots « fiction » et « actualité », sans barre oblique ou tiret. L'idée est d'essayer, avec l'aide d'un peu de fiction, de relever l'insolite, la beauté ou l'incroyablement stupide dans l'actualité du moment.

Comme c'est le premier numéro, autant vous dire qu'on n'est pas encore sur du marbre. Le format et le style, par exemple, bougeront forcément un peu. Tout comme je ne peux pas me prononcer sur la fréquence de publication.

En d'autres termes : ceci est un crash test.

Mais voici le tout premier numéro.



Comme je compte bien en écrire d'autres, vous pourrez retrouver les prochains numéros sur cette page. Et si vous êtes sur Twitter, vous pouvez même vous abonner au compte dédié.


Longue vie à toi, Fictionalité !

Les commentaires

Ici, les commentaires sont modérés.